Le Japon

Mine d’argent d'Iwami Ginzan et son paysage culturel


Le site est un ensemble de montagnes riches en minerai d’argent qui s’élève à 600 m d’altitude dans le sud-ouest de l’île de Honshu et qui est entrecoupé de profondes vallées fluviales. On y trouve les vestiges archéologiques de vastes mines, de sites de fonte et de raffinage, ainsi que des peuplements miniers en usage du XVIe au XXe siècle. Des routes permettaient d’acheminer le minerai d’argent jusqu’à la côte et aux ports d’où il partait pour la Corée et la Chine. Les mines contribuèrent de façon substantielle au développement économique global du Japon et de l’Asie du Sud-Est aux XVIe et XVIIe siècles. Elles donnèrent une impulsion à la production en masse d’argent et d’or au Japon. La région minière est aujourd’hui très boisée. On y trouve des forteresses, des sanctuaires, des tronçons des routes de transport de Kaidô vers la côte, ainsi que trois villes portuaires Tomogaura, Okidomari et Yunotsu d’où partait le minerai.

Ce site culturel est classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO depuis 2007.

Histoire du site

Selon le dossier de proposition d'inscription, bien que certaines preuves suggèrent qu'on connaissait l'existence des filons d'argent dès le XIVe siècle, les gisements d'argent de Iwami Ginzan furent « découverts » en 1526, et presque immédiatement mis en exploitation par Kamiya Jutei, un puissant négociant de Hakata, qui était alors le plus grand port marchand du Japon. Jutei opérait sous la protection de la famille Ôuchi, un clan féodal qui contrôlait la région de Iwami et qui avait fait fortune dans le commerce avec la Chine et la Corée. Aux alentours de 1533, la technique de la fonte par coupellation fut introduite dans les mines, peut-être depuis la Corée. Grâce à cette technique plus efficace, la production des mines augmenta considérablement, à tel point que, à la fin des années 1530, le tribut en argent payé à la famille Ôuchi passa de 16 à 80 kg par an.
Dans les années 1530 et 1540, l'autorité de la famille Ôuchi sur les mines d'argent fut contestée de manière répétée par les propriétaires terriens voisins, qui luttèrent pour prendre le contrôle de ces mines hautement rentables. Les trois forteresses autour des mines datent de cette époque. Dans les années 1550, la famille Amago en prit le contrôle pendant dix ans. Ce fut ensuite au tour de la famille Môri, en 1561. Cette dernière installa ses vassaux dans le voisinage et construisit deux nouvelles routes jusqu'aux ports de Yunotsu et Okidomari.
Après toute une série de guerres nationales qui eurent lieu pendant les vingt années suivantes, Tokugawa Ieyasu remporta la victoire finale. En 1600, il prit le pouvoir, établissant le shogounat de Tokugawa Edo et expropriant des mines d'or et d'argent dans tout le Japon. Okubo Nagayasu fut nommé pour administrer les mines et fit creuser de nouveaux puits et augmenta la production d'argent. Les exploitations minières étaient dirigées par des yamashi, qui versaient une commission en argent au shogounat de Edo. Yasuhara Dembei, le yamashi mandaté par la famille Tokugawa aux alentours de 1600-1602 pour diriger le Kamaya-mabu et d'autres puits de mine versa en une seule année 13 500 kg d'argent au shogounat de Edo. Les puits des mines d'argent étaient creusés par des mineurs employés par les yamashi ; néanmoins, on ne dispose pas d'assez d'information pour savoir si les mineurs travaillaient sous contrat ou en indépendants.
Le début du XVIIe siècle fut un âge d'or pour les mines, avec parfois jusqu'à 10 000 personnes employées. Les Hollandais et les Anglais favorisèrent le commerce international et la stabilité politique relative du Japon de l'époque favorisa l'épanouissement de nouvelles villes, qui accrurent la demande d'argent. Les capitaux privés des yamashi alimentaient la production d'argent.
Au milieu du XVIIe siècle, l'administration de la mine d'argent et de la zone alentours tomba sous le contrôle d'un magistrat mandaté par le gouvernement national central, le shogounat de Edo, ce qui provoqua une nouvelle hausse de la production. Le dossier de proposition d'inscription propose peu de chiffres précis sur la production d'argent, et aucune information quantitative qui permettrait d'avoir un aperçu plus clair de l'impact de la mine sur l'économie globale de la région.
La production de la mine d'argent de Iwami Ginzan connut son apogée dans les années 1620-1640 et tomba ensuite dans une phase de déclin progressif. Au fur et à mesure qu'on creusait des puits plus profonds, le travail devint plus difficile et l'évacuation des eaux plus onéreuse, ce qui rendit la production d'argent moins rentable. En 1691, 63 puits de mine étaient fermés, sur un total de 92 ; en 1729, 74 sur un total de 129 ; et en 1823, 247 puits de mine n'étaient plus en opération, sur un total de 279. La production d'argent, comprise en moyenne entre 1 000 et 2 000 kg par an à la fin du XVIIe siècle, n'était plus que d'environ 100 kg au milieu du XIXe siècle.
Après la chute du shogounat de Edo en 1868, le nouveau gouvernement national privatisa la mine d'argent de Iwami Ginzan. En 1887, une société privée du nom de Fujitagumi reprit l'exploitation de la mine d'argent, la rebaptisant Ômori Kôzan (la mine de Ômori). En 1895, une raffinerie introduisant la technologie occidentale, fut construite à Shimizudani, mais elle ferma à peine un an plus tard. À la place, une autre raffinerie fut construite à Kôjidani, au pied occidental du mont Yôgaisan ; on y réalisait la fonte et le raffinage du cuivre essentiellement, mais aussi de l'or et de l'argent. Mais le prix du cuivre chuta et on commença à importer du cuivre à bas prix après la Première Guerre mondiale ; la mine fut donc contrainte de fermer ses portes en 1923. Plus tard, en 1942, on tenta de la rouvrir pour répondre à la demande en métal de la Seconde Guerre mondiale, mais un typhon ruina cette tentative en 1943.
Les détails concernant l'histoire des mines et leur contexte politique ne sont pas accompagnés de détails équivalents sur l'histoire du transfert de technologie aux mines qui se développaient rapidement au Japon. Le dossier de proposition d'inscription mentionne le transfert de la technique de coupellation à d'autres mines d'argent au Japon, mais il y a très peu d'informations sur l'impact des autres techniques d'extraction minière et de fonte. Il n'y a aucune donnée sur la façon dont la coupellation fut introduite au Japon, comment elle s'y répandit, les origines de cette technique telle qu'elle était utilisée au Japon et son rapport avec la technique de coupellation connue en Occident depuis l'Antiquité.
Le dossier de proposition d'inscription n'établit pas de lien entre la technologie et des vestiges archéologiques - bien qu'il convienne de noter qu'à ce jour, les mines restent largement inexplorées. Il n'est donc pas possible de détailler comment cette technologie s'est développée au Japon pendant sa longue période d'isolement par rapport aux influences occidentales, ni s'il s'agissait d'un événement précurseur, comme le suggère le dossier de proposition d'inscription. Il n'est pas possible non plus d'établir l'historique du rôle de Iwami Ginzan en tant que, peut-être, principal fournisseur d'argent, métal nouvellement exploité au Japon, et son impact sur le commerce du pays et de ses voisins. Des éléments solides semblent indiquer que les exportations japonaises d'argent ont progressé au XVIIe siècle pour compenser le déclin des exportations latino-américaines, mais il n'y a pas de preuves à l'appui de cette thèse.
« Shiretoko Iles d’Ogasawara »

Offres spéciales

 Leclerc Voyages

Leclerc VoyagesJapon : Hôtels, locations, courts ou longs séjours, circuits ou croisières, trouvez vos ... Croisière au Japon et Corée du Sud avec le Costa neoRomantica. [En savoir plus...]

 Opodo

OpodoVols et billets d´avion Japan Airlines. Trouvez les meilleurs prix et promotions pour toutes les destinations desservies par Japan Airlines. [En savoir plus...]

Voir aussi

 Cartes du Japon

Cartes du Japon Nos différentes cartes du Japon à explorer: carte physique, carte routière, vue satellite. Pour tout savoir sur la géographie du Japon.

 Informations pratiques

Informations pratiques Consultez nos conseils et infos pratiques avant de partir au Japon: monnaie, météo, climat, électricité, santé, sécurité, décalage horaire, etc.

 Actualités du Japon

Actualités du Japon L'espace blogs permet à chacun de publier en temps réel ses notes de voyage au Japon: idées sorties, idées de lecture, actualités du Japon, ...

 Photos du Japon

Photos du Japon Découvrez les galeries de photos du Japon publiées par les membres du club. Tout le monde peut participer !

 Le Japon en vidéos

Le Japon en vidéos Notre sélection de vidéos pour enrichir votre connaissance du Japon sur tous vos écrans.

 Voyager au Japon

Voyager au Japon Réservez votre voyage au Japon et trouvez le meilleur prix: séjours, circuits, vols, hôtels, guides, ...

Partagez cette page