L'Autriche

Paysage culturel de la Wachau


La Wachau est une partie de la vallée du Danube, entre Melk et Krems, dont le paysage, particulièrement beau, conserve intactes de nombreuses traces de son évolution depuis les temps préhistoriques : traces architecturales (monastères, châteaux, ruines), urbanistiques (villes et villages) et enfin agricoles, notamment liées à la culture de la vigne.

Ce site culturel est classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO depuis 2000.

Histoire du site

Le défrichement des sous-bois de la forêt de la Wachau a commencé à la période Néolithique, bien que le paysage n'ait pas connu d'évolution radicale avant l'an 800 après J.-C., lorsque les monastères de Bavière et de Salzburg ont commencé à cultiver les pentes de la Wachau, créant le paysage actuel de vignobles en terrasses. Dans les siècles qui ont suivi, les superficies cultivées ont varié pour diverses raisons : les changements climatiques, le commerce du vin, le manque cruel de main d'oeuvre provoquant l'envolée des salaires au XVIIe siècle.
La forêt reprit donc ses droits sur les hauteurs, au-dessus des vignobles, et la viticulture pratiquée dans les vallées fut remplacée par d'autres activités agricoles. Les sols des terres en jachère, dégradés par des tentatives malheureuses d'exploitation agricole, n'ont jamais retrouvé leur qualité d'origine, ce qui explique les différents types de végétation particulière présents dans ces habitats (herbages, buissons et bois).
Au XVIIIe siècle, la culture de la vigne sur coteaux fut vivement encouragée dans les régions qui s'y prêtaient le mieux d'un point de vue écologique. Les zones ainsi délaissées furent transformées en pâturages, avec les conséquences économiques qui en découlèrent : certaines fermes durent cesser leur activité pendant que d'autres s'agrandissaient. C'est à cette époque que la viticulture fut définitivement abandonnée dans les terres hautes de la Wachau.
Les changements intervenus dans la campagne au XIXe siècle affectèrent particulièrement la Wachau. L'apparition du phylloxera, les ravages de la guerre et la concurrence accrue du Burgenland et de l'Italie ont nécessité la réorganisation des activités, des superficies cultivées, des méthodes de viticulture et du travail de la terre. La culture de l'abricot, qui caractérise la Wachau depuis lors, s'est développée dans les vallées et les collines les plus basses. Le rapport des superficies de vignobles et de culture fruitière continue d'être étroitement lié aux fluctuations récurrentes des marchés de ces produits et donne à la Wachau son aspect caractéristique.
La présence de l'homme dans la Wachau remonte au Paléolithique, comme l'attestent les statuettes de Galgenberg (environ 32 000 ans) et de Willendorf (26 000 ans). La région de Krems et de Melk avait une 35 forte densité de population au Néolithique (4500-1800 av. J.-C.), et les trouvailles datant de l'âge du bronze (1800-800 avant J.-C.) sont nombreuses. Pendant l'âge du fer, la culture illyrienne de Hallstatt (800-400 avant notre ère) laissa progressivement place à celle de la Tène venue de l'ouest : à cette époque, le royaume celte du Norique se développa au sud du Danube.
Lorsque les Romains annexèrent le Norique en l'an 15 avant J.-C., le Danube devint la frontière nord (limes) avec les peuples germaniques. Mautern (Favianis) était une ville frontière de garnison très importante où stationnait l'une des flottes romaines du Danube. Le limes s'effondra à la fin du IVe siècle et le Norique se retrouva sur l'une des principales routes d'invasion du nord. En 453, saint Séverin, « l'apôtre du Norique », fonda la première communauté monastique de la province située hors des murs de Mautern, qui devint ainsi un centre spirituel et religieux très important, où les pèlerins se rassemblaient avant de partir pour l'Italie. La première mention du nom de « Wachau » date de 853, dans l'expression locus Wahowa. Krems est citée pour la première fois en 995 sous le nom de Urbs Chremisa, c'est la plus ancienne ville autrichienne jamais mentionnée dans un document. La Wachau est le théâtre de la chanson des Nibelungen, le grand poème épique allemand, écrit peu après 1200, qui relate la situation politique de l'époque. Il mentionne des villes de la Wachau : Pöchlarn (Bechelaren), Melk (Medelike) et Mautern (Mutoren). En 976, Léopold Ier fit passer la Wachau sous la domination des margraves de Babenberg. En 1156, la Marche autrichienne fut élevée en duché et accordée à Henri II Jasomirgott de Babenberg qui renonça à ses prétentions sur la Bavière.
La grande famille des chevaliers de la Wachau, les Kuenrings, s'installa dans la Marche des Babenberg au XIe siècle. Lorsque la lignée s'éteignit, la majeure partie de leurs terres échut au duc Albert V (roi Albert II) en 1430. En raison du morcellement des propriétés foncières et de l'absence d'un cadre administratif unifié, les bourgeois de la Wachau ont joui dès le Moyen Âge d'une grande liberté, renforcée par l'ius montanum de vinea. Les quatre villes de St Michael, Wösendorf, Joching et Weissenkirchen formèrent une communauté indépendante de 1150 à 1839 qui fut de nouveau réunie en 1972 sous le nom de la Wachau ou de Tal Wachau. Après la consolidation du pouvoir des Habsbourg, la Wachau fut encore à plusieurs reprises la scène de conflits armés. Lors des invasions hongroises de la fin du XVe siècle, Mathias Corvin assiégea Krems et Stein en 1477.
Les effets de la Contre-Réforme (1530-1620) ont été importants dans la Wachau, le protestantisme ayant été finalement réprimé par l'abbé de Göttweig, Georg II Falb (1612-1631). Le soutien que ce religieux apporta à onze abbayes bénédictines eut une influence décisive sur le rayonnement du pouvoir des abbayes autrichiennes, notamment celle de Göttweig, pendant la période baroque. La victoire sur les protestants se traduisit par la construction d'églises, forte densité de population au Néolithique (4500-1800 av. J.-C.), et les trouvailles datant de l'âge du bronze (1800-800 avant J.-C.) sont nombreuses. Pendant l'âge du fer, la culture illyrienne de Hallstatt (800-400 avant notre ère) laissa progressivement place à celle de la Tène venue de l'ouest : à cette époque, le royaume celte du Norique se développa au sud du Danube.
Lorsque les Romains annexèrent le Norique en l'an 15 avant J.-C., le Danube devint la frontière nord (limes) avec les peuples germaniques. Mautern (Favianis) était une ville frontière de garnison très importante où stationnait l'une des flottes romaines du Danube. Le limes s'effondra à la fin du IVe siècle et le Norique se retrouva sur l'une des principales routes d'invasion du nord. En 453, saint Séverin, « l'apôtre du Norique », fonda la première communauté monastique de la province située hors des murs de Mautern, qui devint ainsi un centre spirituel et religieux très important, où les pèlerins se rassemblaient avant de partir pour l'Italie.
La première mention du nom de « Wachau » date de 853, dans l'expression locus Wahowa. Krems est citée pour la première fois en 995 sous le nom de Urbs Chremisa, c'est la plus ancienne ville autrichienne jamais mentionnée dans un document. La Wachau est le théâtre de la chanson des Nibelungen, le grand poème épique allemand, écrit peu après 1200, qui relate la situation politique de l'époque. Il mentionne des villes de la Wachau : Pöchlarn (Bechelaren), Melk (Medelike) et Mautern (Mutoren). En 976, Léopold Ier fit passer la Wachau sous la domination des margraves de Babenberg. En 1156, la Marche autrichienne fut élevée en duché et accordée à Henri II Jasomirgott de Babenberg qui renonça à ses prétentions sur la Bavière.
La grande famille des chevaliers de la Wachau, les Kuenrings, s'installa dans la Marche des Babenberg au XIe siècle. Lorsque la lignée s'éteignit, la majeure partie de leurs terres échut au duc Albert V (roi Albert II) en 1430. En raison du morcellement des propriétés foncières et de l'absence d'un cadre administratif unifié, les bourgeois de la Wachau ont joui dès le Moyen Âge d'une grande liberté, renforcée par l'ius montanum de vinea. Les quatre villes de St Michael, Wösendorf, Joching et Weissenkirchen formèrent une communauté indépendante de 1150 à 1839 qui fut de nouveau réunie en 1972 sous le nom de la Wachau ou de Tal Wachau. Après la consolidation du pouvoir des Habsbourg, la Wachau fut encore à plusieurs reprises la scène de conflits armés. Lors des invasions hongroises de la fin du XVe siècle, Mathias Corvin assiégea Krems et Stein en 1477.
Les effets de la Contre-Réforme (1530-1620) ont été importants dans la Wachau, le protestantisme ayant été finalement réprimé par l'abbé de Göttweig, Georg II Falb (1612-1631). Le soutien que ce religieux apporta à onze abbayes bénédictines eut une influence décisive sur le rayonnement du pouvoir des abbayes autrichiennes, notamment celle de Göttweig, pendant la période baroque. La victoire sur les protestants se traduisit par la construction d'églises, de chapelles et de petits monuments votifs.
À partir de 1700, les édifices et les oeuvres artistiques qui comptent parmi les plus beaux exemples du baroque autrichien furent construits dans la Wachau. Il s'agit de la reconstruction de l'abbaye de Melk (commencée en 1702), de la transformation de l'abbaye des Canons à Dürnstein (1715-1733) et des grands travaux de reconstruction de l'abbaye de Göttweig à partir de 1719.
À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, la Wachau vit décliner son importance historique. La fermeture des monastères en Autriche et la sécularisation de la Bavière sonna le glas des liens ancestraux. Le transport fluvial s'effaça devant la concurrence des transports routiers et, à partir de 1909, devant celle des transports ferroviaires. À la fin du XIXe siècle, la Wachau, fut perçue différemment, comme étant la « Wachau dorée » un mélange d'histoire et de légende, d'art et de folklore, de vin et d'hospitalité. Un comité d'action fut formé en 1904 pour promouvoir économiquement la Wachau, avec la participation de toutes les communes situées entre Krems et Melk. Plus récemment, la volonté d'un retour aux sources historiques de la région s'est traduit par la promotion d'un « tourisme durable », et la protection des vignobles par la loi.
« Paysage culturel de Hallstatt-Dachstein / Salzkammergut Centre historique de Vienne »

Offres spéciales

 Evaneos

EvaneosVous recherchez une idée de circuit pour votre voyage en Autriche Les agents locaux sélectionnés par Evaneos vous proposent des circuits hors des sentiers ... [En savoir plus...]

 Voyage Privé

Voyage PrivéL'Autriche est un pays où le rêve est à portée de main. Profitez de votre voyage pour découvrir ses mille et une facettes. [En savoir plus...]

Voir aussi

 Cartes de l'Autriche

Cartes de l'Autriche Nos différentes cartes de l'Autriche à explorer: carte physique, carte routière, vue satellite. Pour tout savoir sur la géographie de l'Autriche.

 Informations pratiques

Informations pratiques Consultez nos conseils et infos pratiques avant de partir en Autriche: monnaie, météo, climat, électricité, santé, sécurité, décalage horaire, etc.

 Actualités de l'Autriche

Actualités de l'Autriche L'espace blogs permet à chacun de publier en temps réel ses notes de voyage en Autriche: idées sorties, idées de lecture, actualités de l'Autriche, ...

 Photos de l'Autriche

Photos de l'Autriche Découvrez les galeries de photos de l'Autriche publiées par les membres du club. Tout le monde peut participer !

 L'Autriche en vidéos

L'Autriche en vidéos Notre sélection de vidéos pour enrichir votre connaissance de l'Autriche sur tous vos écrans.

 Voyager en Autriche

Voyager en Autriche Réservez votre voyage en Autriche et trouvez le meilleur prix: séjours, circuits, vols, hôtels, guides, ...

Partagez cette page