La Pologne

Halle du Centenaire de Wroclaw


La Halle du centenaire, un jalon de l’histoire de l’architecture en béton armé, a été construite entre 1911 et 1913 par l’architecte Max Berg. C’est un bâtiment à plan central au cœur du Parc des Expositions servant de salle d’exposition polyvalente. La Halle du centenaire forme un quadrilobe symétrique, avec un vaste espace circulaire au centre qui peut accueillir 6 000 sièges. Le dôme nervuré de 23 m est coiffé d’une lanterne d’acier et de verre. La Halle du centenaire est un exemple précurseur du début de l’architecture et de l’ingénierie moderne ; elle illustre un important échange d’influences au début du XXe siècle et elle est devenue une référence majeur dans l’évolution postérieure des structures en béton armé.

Ce site culturel est classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO depuis 2006.

Histoire du site

L'histoire de Wroclaw a été façonnée par des influences diverses et de nombreux souverains, comme en témoignent les nombreux noms de cette « ville insulaire » : Wrotizla, Vretslav, Presslaw, Bresslau, Breslau, Wroclaw. Capitale d'une province importante et comptant parmi les principales villes de l'empire allemand, Wroclaw (alors Breslau) connut un rapide essor à la fin du XIXe siècle. Considérant l'emplacement historiquement stratégique de la ville et son rôle de pôle d'échanges culturels, on jugea qu'il lui fallait des structures permanentes pour accueillir des expositions, à l'image de celles de Francfort, de Berlin, de Leipzig ou de Dresde. La commémoration du 100ème anniversaire du discours à la nation allemande du roi Frédéric-Guillaume III, en 1813, fut l'occasion de construire ce nouveau parc des expositions. Le conseil municipal en prit la décision en 1910. On décida de l'édifier sur le site du complexe suburbain (150 hectares) composé du parc Szczytnicki, du milieu du XIXe siècle, conçu par des paysagistes de renom, et du parc zoologique municipal, datant de 1864-1865. Ce quartier était en effet un lieu de prédilection des visiteurs, et une ligne de tramway avait été construite pour le relier à la ville à la fin du XIXe siècle.
En 1909, l'architecte Max Berg (1870-1947), qui avait étudié à Munich et travaillé à Francfort, fut nommé architecte municipal. L'année suivante, il se lança dans la conception d'une halle d'exposition polyvalente, présentant le projet au début de l'année 1911 dans le cadre d'un plan d'embellissement de la ville. Le 28 juin 1911, le conseil municipal approuva les plans de Berg et donna son accord à la construction du parc des expositions et de la halle du Centenaire.
Parallèlement, on annonçait un concours architectural pour l'attribution du projet du parc des expositions. La conception globale en fut confiée à Hanz Poelzig (1869-1936), principal de l'Académie publique des Beaux-arts et des arts décoratifs de la ville. Il élabora donc le projet final, en collaboration avec Berg. Le point central en était la halle du Centenaire, et le schéma directeur reposait sur deux axes principaux au lieu d'un seul comme l'avaient proposé beaucoup des autres concurrents en lice. En 1912, le conseil municipal approuva les plans du deuxième bâtiment d'exposition, le pavillon à quatre dômes conçu par Hans Poelzig, pour abriter une exposition historique sur les guerres napoléoniennes. On y ajouta le bâtiment administratif et un restaurant, les structures formant une place évoquant un forum, avec la porte principale à l'ouest et une vue au nord sur un étang artificiel entouré d'une pergola monumentale conçue par Poelzig.
Le chantier fut ouvert en 1911, et la construction des arcs monumentaux commença en avril 1912. La technologie était d'avant-garde pour l'époque. On utilisa des compresseurs électriques spécialement conçus pour précontraindre le béton. Le professeur Heinrich Müller, de Berlin, vérifia la stabilité. Les matériaux de construction furent sélectionnés avec le plus grand soin. Un ciment spécial, fourni par l'usine des ciments de Silésie d'Opole et testé par Groß Lichterfelde à Berlin, fut utilisé pour le béton. On employa pour les tiges de renforcement de l'acier laminé de qualité supérieure au lieu de l'acier structurel standard. Pour les sections exposées aux plus fortes contraintes, on utilisa un agrégat fait du granite de la meilleure qualité. Les autorités municipales examinèrent la résistance du béton en les soumettant à des essais qui durèrent des mois. La résistance obtenue était 6 fois supérieure aux estimations. Une maquette en bois dur de l'abside à l'échelle 1:25 fut construite et soumise à une charge de 6 000 kg. Seuls des ouvriers qualifiés et d'expérience furent engagés.
L'exposition du Centenaire ouvrit ses portes en mai 1913, en présence du prince héritier Wilhelm. Elle accueillit plus de 100 000 visiteurs. Après sa fermeture, les pavillons temporaires furent démontés, mais la halle du Centenaire continua de servir, abritant les assemblées, tandis que le pavillon à quatre dômes de Poelzig accueillait les expositions. Après la Première Guerre mondiale, la gestion du parc des expositions fut confiée à une société par actions. On y organisa des foires industrielles nationales et internationales, ainsi que des expositions artistiques, des concerts et des productions théâtrales. En 1924-1925, le parc des expositions fut agrandi, avec la construction d'un grand pavillon des expositions, Messehalle, et d'une entrée monumentale à colonnades d'après les plans de Berg, mais ils furent détruits pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1929, l'exposition « Espace de Vie et de Travail » (WUWA) fut organisée à Breslau par le Werkbund allemand, un important manifeste de la nouvelle architecture, de technologie et de services novateurs.
Le parc des expositions survécut relativement intact à la Seconde Guerre mondiale. En 1948, l'exposition sur les territoires récupérés (rendus à la Pologne) y fut organisée, commémorée par la flèche d'acier (« Iglica » conçue par le professeur Stanislaw Hempel et érigée sur la place devant la halle du Centenaire. En août 1948, le congrès mondial des intellectuels pour la paix, auquel Pablo Picasso prit part, se déroula dans la halle du Centenaire. En 1995-1997, l'intérieur de cette dernière a été rénové.
« Églises de la Paix à Jawor et ?widnica Églises en bois du sud de Ma?opolska »

Offres spéciales

 Evaneos

EvaneosGrand circuit de Pologne, une idée de circuit 100% personnalisable avec Dominika, agent de voyage basé en Pologne. [En savoir plus...]

 BestWestern

BestWesternRéservez dès maintenant votre hôtel idéal parmi notre large choix d'hôtels en Pologne. Meilleur prix garanti. [En savoir plus...]

Voir aussi

 Cartes de la Pologne

Cartes de la Pologne Nos différentes cartes de la Pologne à explorer: carte physique, carte routière, vue satellite. Pour tout savoir sur la géographie de la Pologne.

 Informations pratiques

Informations pratiques Consultez nos conseils et infos pratiques avant de partir en Pologne: monnaie, météo, climat, électricité, santé, sécurité, décalage horaire, etc.

 Actualités de la Pologne

Actualités de la Pologne L'espace blogs permet à chacun de publier en temps réel ses notes de voyage en Pologne: idées sorties, idées de lecture, actualités de la Pologne, ...

 Photos de la Pologne

Photos de la Pologne Découvrez les galeries de photos de la Pologne publiées par les membres du club. Tout le monde peut participer !

 La Pologne en vidéos

La Pologne en vidéos Notre sélection de vidéos pour enrichir votre connaissance de la Pologne sur tous vos écrans.

 Voyager en Pologne

Voyager en Pologne Réservez votre voyage en Pologne et trouvez le meilleur prix: séjours, circuits, vols, hôtels, guides, ...

Partagez cette page