L'Italie

Cathédrale, Torre Civica et Piazza Grande, Modène


La magnifique cathédrale du XIIe siècle de Modène, œuvre de deux grands artistes, Lanfranco et Wiligelmo, est un exemple suprême des débuts de l'art roman. Avec la place et la tour élancée qui lui sont associées, elle témoigne de la force de la foi de ses constructeurs et du pouvoir de la dynastie des Canossa, ses commanditaires.

Ce site culturel est classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO depuis 1997.

Histoire du site

Modène est située dans la plaine du Pô au croisement de l'antique via Aemilia qui reliait Plaisance à Rimini et de la route qui mène au col du Brenner. L'histoire de Modène entre le 11ème et le 12ème siècle s'articule autour de la présence de trois institutions, la célèbre abbaye bénédictine de Nonantola, l'évêché de Modène et les Canossa dynastie nobiliaire la plus puissante de la partie centrale du Nord de l'Italie à cette époque. A la faveur de l'affaiblissement de l'autorité royale (fin du 9ème- 10ème siècle) les évêques de Modène et les Canossa obtiennent des donations de terres et des privilèges fiscaux qui vont asseoir leur autorité et leur influence pour les siècles à venir. Devenu fidèle allié de l'empereur Otton 1er (966-973), Adalbert de Canossa est élevé à la dignité de comte des territoires de Modène mais la ville restera sous le contrôle de son évêque. Un siècle plus tard, les territoires des Canossa s'étendent à la plaine centrale du Pô et à la Toscane.
Au moment de la Querelle des Investitures qui oppose l'empire à la papauté à partir de la fin du 11ème siècle, Mathilde de Canossa (v. 1045-1ll5) a eu d'abord un rôle de médiateur puis elle se range du côté de la papauté. L'histoire de l'évêché de Modène suit à ce moment les fluctuations du parti impérial qui à Modène est lié à la fortune des Canossa. En effet, à la suite de l'excommunication de l'évêque Enbert (1055-1094), l'évêché cOIDiaît une crise de succession (1095-1100), qui est momentanément apaisée par l'élection de Benoît, un proche de Mathilde de Canossa, et finalement résolue en 1100 avec l'arrivée de son successeur, Dodon (1100 -1134). Le nouvel évêque désigné par le pape Urbain il met fin au schisme et fait triompher la réforme grégorienne dans la ville.
La construction de la cathédrale, dédiée à San Geminiano, évêque de Modène et saint patron de la ville (+349) tout comme celle du campanile est décidée au moment où le siège de l'évêché est vacant. Les inscriptions de la cathédrale et le texte de la Relatio translationis corporis sancti Geminiani apportent un témoignage inestimable sur la première phase de la construction ( 1099-1106). Ces documents nomment, fait assez inhabituel dans la tradition médiévale, l'architecte, Lanfranco et le sculpteur, Wiligelmo, réunis dans 1ère œuvre conçue par les commanditaires, le peuple de Modène, comme 1m monument insigne d'architecture et de sculpture. La nouvelle cathédrale doit en effet surpasser la précédente, érigée par l'évêque schismatique Eribert en 1070 et constituer la preuve que le clergé et les Modénais sont bien revenus au sein de l'église romaine. Lorsqu'à la fin de sa vie Mathilde de Canossa rend aux monastères et aux églises les territoires que ses prédécesseurs avaient accumulés, elle confirme l'existence du processus de désintégration de ses domaines et à Modène se profilent les libertés communales qui seront pleinement exercées par des consuls à partir de 1227.
La construction de la cathédrale et de la Torre Civica s'insère dans 1m tissu urbain déjà largement constitué. En effet, si les documents antérieurs au 12ème siècle semblent privilégier la cathédrale comme point de référence, l'attention s'étend maintenant à l'espace qui entoure l'édifice, destiné à devenir 1me place publique et sur lequel il est possible de préciser l'existence de constructions, siège de l'administration ecclésiastique et de la juridiction civile de l'évêque puis de la commune. Il s'agit de la résidence de l'évêque et du centre administratif qui en dépend (1070), du chapitre de la cathédrale et de son école à l'origine entre le 10ème et le 12ème siècle d'1me vaste production littéraire, du Palazzo Com1male (1194) et d'habitations associées à des potagers dans la partie sud-est de la place. Au cours des siècles, les constructions qui bordent le côté Sud de la place ont été attribuées à l'exercice d'activités artisanales, commerciales et munincipales comme celles du marché aux viandes, d'1me imprimerie, du siège des Giudici delle Vettovaglie (1615) ou de prison.
La cathédrale actuelle est construite sur l'emplacement de la cathédrale élevée par l'évêque Eribert (1070), un édifice à cinq vaisseaux et disposé obliquement par rapport à l'axe actuel qui fut détruite au moment de la nouvelle consécration. Entre la pose de la première pierre, le 9 mai 1099, la translation des reliques du saint dans la crypte (30 mai 11 06) et la consécration de l'autel quelques mois plus tard (la consécration solennelle par le pape Lucius III aura lieu en 1184), la construction simultanée du chœur et de la partie occidentale est achevée. La construction des grands arcs transversaux qui relient les deux parois de la nef et ceux qui relient les vaisseaux est sans doute déjà bien avancée. Les Maestri campionesi, architectes et sculpteurs qui furent chargés de l'entretien de l'édifice par l'Œuvre de la cathédrale à partir de la seconde moitié du 12ème siècle, ont ouvert les deux portails latéraux et la rosace de la façade puis la porta Regia au Sud (vers 1180). A l'intérieur, ils ont agrandi la crypte, surélevé le chœur et dilaté la couverture afin d'aménager un faux transept (fin 12ème-début 13ème siècle). Au cours du 15ème siècle, les plafonds en bois d'origine sont remplacés par des voûtes de pierre.
La Torre Civica, un campanile dont la haute silhouette (85 mètres) signale l'approche de la ville au voyageur est étroitement associé à la cathédrale. Deux arcs les relient. Le campanile rythmait la vie de la cité et abritait les registres civils. Sa construction est contemporaine de celle de la cathédrale et donc attribuable pour sa partie inférieure, jusqu'au quatrième étage, à Lanfranco et pour la partie supérieure aux Maestri campionesi (1261-1319).
« Portovenere, Cinque Terre et les îles (Palmaria, Tino et Tinetto) Centre historique d’Urbino »

Offres spéciales

 Evaneos

EvaneosVous recherchez une idée de circuit pour votre voyage en Italie Les agents locaux sélectionnés par Evaneos vous proposent des circuits hors des sentiers ... [En savoir plus...]

 OUI.sncf

OUI.sncfVous partez en Italie Trouvez et réservez votre Hôtel en Italie au meilleur prix parmi un grand choix d'hôtels sur OUI.sncf ! [En savoir plus...]

Voir aussi

 Cartes de l'Italie

Cartes de l'Italie Nos différentes cartes de l'Italie à explorer: carte physique, carte routière, vue satellite. Pour tout savoir sur la géographie de l'Italie.

 Informations pratiques

Informations pratiques Consultez nos conseils et infos pratiques avant de partir en Italie: monnaie, météo, climat, électricité, santé, sécurité, décalage horaire, etc.

 Actualités de l'Italie

Actualités de l'Italie L'espace blogs permet à chacun de publier en temps réel ses notes de voyage en Italie: idées sorties, idées de lecture, actualités de l'Italie, ...

 Photos de l'Italie

Photos de l'Italie Découvrez les galeries de photos de l'Italie publiées par les membres du club. Tout le monde peut participer !

 L'Italie en vidéos

L'Italie en vidéos Notre sélection de vidéos pour enrichir votre connaissance de l'Italie sur tous vos écrans.

 Voyager en Italie

Voyager en Italie Réservez votre voyage en Italie et trouvez le meilleur prix: séjours, circuits, vols, hôtels, guides, ...

Partagez cette page