L'Espagne

Paysage culturel d’Aranjuez


Avec ses voies d'eau sinueuses qui s'opposent aux lignes droites d'un paysage géométrique, rural et urbain, ses paysages arboricoles et l'architecture délicatement modulée de ses édifices palatiaux, le paysage culturel d'Aranjuez témoigne des relations complexes qui se tissent entre l'homme et la nature. Pendant trois cent ans, la famille royale s'est attachée à développer et à entretenir ce paysage qui a réussi à intégrer les caractéristiques du jardin baroque de style français du XVIIIe siècle mais aussi celles d'un mode de vie urbain allant de pair avec la pratique scientifique de l'acclimatation botanique et de l'élevage au siècle des Lumières. L'apparition de concepts tels que l'humanisme et la centralisation politique ont également influencé à leur façon ce paysage.

Ce site culturel est classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO depuis 2001.

Histoire du site

Déjà habitée depuis des temps reculés, la région d'Aranjuez devient, à l'époque romaine, une place-forte stratégique. Sa situation, au confluent de deux rivières et au carrefour de deux routes - un facteur doublement important - lui confère un rôle majeur dans la géographie politique de l'époque. Située dans une région peu peuplée, elle est offerte par la Couronne à l'ordre militaire de Saint-Jacques de Compostelle à l'époque médiévale. Vers la fin du XIVe siècle, les chevaliers construisent un château au milieu des bois, où le gibier abonde.
Aranjuez devient un site royal au XVe siècle, mais c'est Philippe II, au XVIe siècle, qui marque le début de sa splendeur. Il y construit un nouveau château et de vastes jardins d'ornements et potagers géométriques, tentant de symboliser sa souveraineté impériale mondiale fondée sur un État centralisé tout en célébrant le retour à la nature, sa structure, et la suprématie de l'homme selon les canons de l'humanisme. C'est aussi une retraite privée et personnelle. Parallèlement, Philippe II poursuit des expérimentations botaniques, acclimatant des espèces végétales venues des quatre coins du monde, et introduit une ingénierie hydraulique imitant les meilleures pratiques observées en Europe centrale et en Italie. Au XVIIe siècle, Aranjuez prospère comme demeure annuelle de la royauté, lieu d'apparat et de chasse, et source d'inspiration et d'influence pour quelques-uns des plus grands poètes espagnols du Siècle d'or.
La splendeur du XVIIIe siècle culmine avec la construction d'une nouvelle ville à proximité du château. Sous le règne de Charles III, la ville et ses environs deviennent un terrain expérimental pour les idées physiocratiques, agricoles, scientifiques et sociales au coeur du siècle des Lumières. Le roi cherche à créer une référence en matière de pratique horticole et de conception de fermes modèles. Mais cette grandeur culturelle s'éteint lorsque, sous la pression conjuguée des idées révolutionnaires françaises et des ambitions napoléoniennes, le soulèvement d'Aranjuez à la fin du siècle sonne le glas de l'Ancien Régime espagnol.
Après un bref renouveau qui ajoute une nouvelle touche de modernisme et d'éclectisme au site royal dans la première moitié du XIXe siècle, la fin du règne d'Isabelle II marque la fin du rôle exclusif de la Couronne dans ce complexe communautaire en bord de fleuve. Un conseil municipal indépendant du pouvoir royal est instauré (1836), et la famille royale cesse peu à peu de se rendre à Aranjuez. À la Révolution, en 1868, tous les biens de la Couronne reviennent à l'État et, bien que de grandes parties d'Aranjuez soient initialement épargnées, il ne reste plus aux mains de la Couronne, au début des années 1870, que des fragments de ses anciennes propriétés. Parallèlement, la population augmente et une ligne de chemin de fer (1851) stimule une activité économique vigoureuse, au prix, cependant, du sacrifice des vues orientales du palais et de la division du jardin du Picotajo. Au XXe siècle, Aranjuez devient une ville satellite de Madrid, à la population dense, pôle industriel et culturel où le souvenir et la maintenance du site royal se dégradent. Néanmoins, le site conserve globalement son intégrité et, à la fin du siècle, de nouvelles études, de nouvelles politiques et de nouveaux programmes des travaux reflètent le changement des attitudes et un regain de respect pour le site royal.
« Site archéologique d'Atapuerca Pont Vizcaya »

Offres spéciales

 Evaneos

EvaneosVous recherchez une idée de circuit pour votre voyage en Espagne Les agents locaux sélectionnés par Evaneos vous proposent des circuits hors des sentiers ... [En savoir plus...]

 Leclerc Voyages

Leclerc VoyagesEspagne : Hôtels, locations, courts ou longs séjours, circuits ou croisières, trouvez ... À l'ouest de l'Espagne, la capitale de la Galice est connue dans le monde ... [En savoir plus...]

Voir aussi

 Cartes de l'Espagne

Cartes de l'Espagne Nos différentes cartes de l'Espagne à explorer: carte physique, carte routière, vue satellite. Pour tout savoir sur la géographie de l'Espagne.

 Informations pratiques

Informations pratiques Consultez nos conseils et infos pratiques avant de partir en Espagne: monnaie, météo, climat, électricité, santé, sécurité, décalage horaire, etc.

 Actualités de l'Espagne

Actualités de l'Espagne L'espace blogs permet à chacun de publier en temps réel ses notes de voyage en Espagne: idées sorties, idées de lecture, actualités de l'Espagne, ...

 Photos de l'Espagne

Photos de l'Espagne Découvrez les galeries de photos de l'Espagne publiées par les membres du club. Tout le monde peut participer !

 L'Espagne en vidéos

L'Espagne en vidéos Notre sélection de vidéos pour enrichir votre connaissance de l'Espagne sur tous vos écrans.

 Voyager en Espagne

Voyager en Espagne Réservez votre voyage en Espagne et trouvez le meilleur prix: séjours, circuits, vols, hôtels, guides, ...

Partagez cette page