La Suisse

La Chaux-de-Fonds / Le Locle, urbanisme horloger


Dans les montagnes du Jura suisse, sur des terrains peu propices à l’agriculture, les villes voisines de La Chaux-de-Fonds et Le Locle illustrent un développement urbain original qui reflète les besoins d’organisation rationnelle de la production horlogère. Planifiées au début du XIXème siècle, après trois grands incendies, les villes sont entièrement destinées à cette production. Leurs tracés selon un schéma ouvert et en bandes parallèles, imbriquant l’habitat et les ateliers, correspondent aux besoins de la culture professionnelle horlogère qui remonte au XVIIème siècle mais se maintient encore aujourd’hui. Le site constitue un remarquable exemple de villes ordonnées par une activité mono-industrielle, bien conservées et toujours en activité. La planification urbaine des deux villes s’est adaptée au passage d’une production artisanale avec travail à domicile à une production manufacturière plus intégrée, avec les usines de la fin du XIXème et du XXème siècle. Quand il analyse la division du travail dans Le Capital, Karl Marx prend comme exemple l’industrie horlogère du Jura suisse et invente à propos de La Chaux-de-Fonds le terme de « ville-manufacture ».

Ce site culturel est classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO depuis 2009.

Histoire du site

L'occupation humaine du haut plateau jurassien est relativement tardive. Le nom du Locle, petit village montagnard, n'apparaît qu'au Moyen Âge tardif, celui du hameau de La Chaux-de-Fonds plus tard encore. Ce sont toutefois deux communautés rurales autonomes au milieu du XVIIe siècle.
La naissance de l'horlogerie, au Locle, est attribuée à la figure semi-légendaire de Daniel Jean-Richard, à la fin du XVIIe siècle puis, à sa suite, à d'autres entrepreneurs remarquables du XVIIIe siècle. L'activité technique horlogère est alors divisée entre des ouvriers ruraux de plus en plus nombreux, spécialisés dans la fabrication d'une pièce. Celles-ci sont ensuite regroupées par « l'establisseur » qui a passé les commandes. Il assemble l'ébauche de la montre dans son propre atelier, au village, et il assure la finition, ou bien il vend l'ébauche à un horloger de Genève ou de Paris. De nombreuses spécialités artisanales sont nécessaires, mais la division du travail permet d'y faire face et de former assez rapidement la main-d'oeuvre nécessaire.
Au XVIIIe siècle, la ferme du haut Jura est adaptée à une telle activité qui nécessite une pièce, de la lumière et du temps laissé par les longs mois d'hiver.
Le système de « l'establissage » tend ensuite à se concentrer dans les bourgs du Locle et de La Chaux-de- Fonds, à proximité, et à se professionnaliser pour faire face à une demande horlogère croissante. La maison de ville, dédiée en permanence à l'horlogerie, prend la suite de la ferme. Disposant de deux ou trois étages d'une architecture sobre et fonctionnelle, elle accueille plusieurs familles d'ouvriers-artisans et leurs pièces-ateliers (voir Description). Elle évoluera jusqu'aux vastes colonies locatives de la seconde moitié du XIXe siècle. En 1870, encore près de 90 % des personnels de l'horlogerie suisse sont des travailleurs à domicile.
L'incendie de 1794 à La Chaux-de-Fonds et ceux du Locle en 1833 et 1844 ont permis de repenser d'une manière rationnelle l'urbanisme de ces deux gros bourgs de montagne afin d'en faire des villes entièrement dédiées au développement de l'horlogerie (voir Description). Les noms de Moïse Perret-Gentil et plus encore de l'ingénieur Charles-Henri Junod sont associés à ces projets. La population urbaine croit régulièrement entre 1750 et 1830 ; puis une accélération importante de l'urbanisation se produit, surtout à La Chaux-de-Fonds, entre 1830 et la Première Guerre mondiale ; elle est alors proche de 40 000 habitants et celle du Locle de 13 000.
La révolution industrielle se manifeste par la création d'un chemin de fer entre les deux villes, en 1857, puis jusqu'à Neuchâtel peu après. Il s'intègre bien à la trame urbaine en lanières. Outre les facilités de transport, le chemin de fer contribue à renforcer les options urbanistiques antérieures et à favoriser le développement suivant l'axe de la vallée. Les plans des villes sont étendus, renforcés de travaux d'adduction d'eau et d'assainissement ; les préoccupations hygiénistes s'imposent.
Durant la seconde partie du XIXe siècle, les horlogers doivent faire face à diverses pressions du marché : augmentation de la production, besoin croissant de qualité à moindre coût, choc de la concurrence américaine basée sur un autre modèle productif. L'Exposition universelle de Philadelphie, en 1876, est une véritable révélation des capacités de celle-ci. La production de pièces standardisées parfaitement interchangeables, par des machines-outils perfectionnées, apporte une réponse performante aux nouveaux besoins des marchés.
L'industrie horlogère des Montagnes neuchâteloises est la première en Europe à s'adapter à cette concurrence. Cela se traduit par la création d'usines intégrées ou d'ateliers plus grands en annexe de l'habitat, mais toujours dans la trame viaire préexistante (voir Description). Non seulement l'industrie horlogère suisse maintient ses positions antérieures, mais elle les renforce, dominant à nouveau le marché mondial de la montre.
La crise des années 1930 marque la région ; l'industrie horlogère suisse fait front grâce à un système de cartellisation sous contrôle public. Pour la première fois, une décroissance démographique s'observe, surtout à La Chaux-de-Fonds. Une remontée importante a ensuite lieu, pendant les « trente glorieuses », et les records de population du début du siècle sont alors dépassés.
Une autre rupture du système technique a lieu dans les années 1970, avec l'arrivée brutale du quartz et de l'électronique, venus de l'étranger. Il s'agit d'une nouvelle reconversion drastique et rapide du système de production qui, après des années difficiles, réinstalle l'horlogerie suisse en référence incontestable du marché. Le nombre d'acteurs horloger diminue, les populations décroissent, mais sans crise lourde et irréversible comme trop souvent dans le monde industriel.
« Haut lieu tectonique suisse Sardona L’Œuvre architecturale de Le Corbusier, une contribution exceptionnelle au Mouvement Moderne »

Offres spéciales

 Voyage Privé

Voyage PrivéVous souhaitez vous offrir un voyage en Suisse tout en profitant du confort d'un hôtel 4 ou 5 étoiles Découvrez nos séjours de rêve disponibles jusqu'à -70% ... [En savoir plus...]

 Accor Hotels

Accor HotelsRéservez votre hôtel ibis en Suisse sur le site officiel ibis au meilleur prix garanti ! [En savoir plus...]

Voir aussi

 Cartes de la Suisse

Cartes de la Suisse Nos différentes cartes de la Suisse à explorer: carte physique, carte routière, vue satellite. Pour tout savoir sur la géographie de la Suisse.

 Informations pratiques

Informations pratiques Consultez nos conseils et infos pratiques avant de partir en Suisse: monnaie, météo, climat, électricité, santé, sécurité, décalage horaire, etc.

 Actualités de la Suisse

Actualités de la Suisse L'espace blogs permet à chacun de publier en temps réel ses notes de voyage en Suisse: idées sorties, idées de lecture, actualités de la Suisse, ...

 Photos de la Suisse

Photos de la Suisse Découvrez les galeries de photos de la Suisse publiées par les membres du club. Tout le monde peut participer !

 La Suisse en vidéos

La Suisse en vidéos Notre sélection de vidéos pour enrichir votre connaissance de la Suisse sur tous vos écrans.

 Voyager en Suisse

Voyager en Suisse Réservez votre voyage en Suisse et trouvez le meilleur prix: séjours, circuits, vols, hôtels, guides, ...

Partagez cette page